December 23, 2017

December 16, 2017

Please reload

Recent Posts

Keeping things interesting to keep your horse healthy

April 4, 2017

1/3
Please reload

Featured Posts

Pourriture de la fourchette ? C'est sérieux!

May 2, 2017

Dans l'est du Canada, le printemps rime souvent avec pourriture de la fourchette. Les sols détrempés ainsi que l'herbe riche en favorisent l'apparition. Les problèmes qui en résultent interfèrent avec le retour au travail en vue des compétitions.

 

Qu'est-ce que la pourriture de la fourchette ?

Il s'agit d'un terme générique pour toute infection bactérienne ou fongique de la fourchette. Si elle n'est pas traitée, elle peut pénétrer jusqu'à l'intérieur du pied.

L'odeur qui émane d'une fourchette pourrie est forte et particulière. L'infection peut se répendre sur la surface de la fourchette et/ou pénétrer les lacunes latérales et/ou médianes. Un sabot peut être plus gravement affecté d'un autre.

Cette infection peut être extrêmement douloureuse pour le cheval. Certains vont ressentir une douleur par simple pression du pouce. Un cheval dans cette situation fera tout pour éviter de mettre du poids sur l'arrière de son pied. Par conséquent, sa posture, locomotion et son bien-être seront affectés.

 

Facteurs

L'infection de la fourchette atteint généralement les chevaux qui passent beaucoup de temps sur un sol humide et souillé (paddocks boueux, boxes sales, etc.), en particulier lorsque qu'ils restent immobiles la plupart du temps.

Elle est plus fréquente chez les chevaux qui :

- Ont des problèmes métaboliques (Cushing's, insulino-résistance, etc.),

- Ont tendance à fourber,

- Ne reçoivent pas un régime alimentaire équilibré (les minéraux jouent un rôle essentiel dans la santé des sabots),

- Ont une fourchette faible soit par manque de mouvement, soit par parage excessif.

 

Conséquences : à l'arrêt

Comme je l'ai mentionné plus haut, l'infection de la fourchette peut être très douloureuse. Le cheval essaiera en général de soulager la douleur à l'arrère du pied en gardant son genou très légèrement plié. Il sera moins à l'aise sur sol dur (béton). Certains chevaux tremblent même légèrement. 

Si vous pensez que c'est un problème de conformation, vous pouvez pousser gentiment l'arrière du genou vers l'avant. Si le genou plie immédiatement/excessivement, le cheval est dans la situation que je viens de décrire. Si au contraire le cheval est bien stable, il s'agit de sa conformation. 

Cette posture fatigue les muscles, tendons et ligaments des membres car ils travaillent constamment pour les stabiliser. Des raideurs dans les épaules peuvent résulter de cette situation. 

Si le problème persiste, la fatigue, douleur et raideur vont se généraliser et des boiteries peuvent apparaître.

Le sabot va également pousser de façon anormale en raison de méchanismes de protection. Le pied va se contracter/s'encasteler et les talons vont pousser afin de remonter la zone sensible et d'éliminer tout contact avec le sol. Ces hauts talons vont affecter les angles des articulations, les tendons et ligaments et plus généralement la santé des membres. Parer excessivement les talons ne ferait qu'empirer la douleur. C'est la raison pour laquelle la pourriture de la fourchette doit être traitée avant que le pied ne se déforme.

NB : la douleur à l'arrière du pied peut avoir de nombreuses cause différentes. Si votre cheval a ces symptomes mais semble avoir des fourchettes en pleine santé, consultez votre vétérinaire. 

 

Conséquences : en mouvement

Même en mouvement, le cheval va tout faire pour éviter de mettre du poids sur sa fourchette douloureuse. Quand on pense au poids d'un cheval et à la petite taille de son pied par rapport à ce poids, on comprends pourquoi.

En mouvement, le cheval atterrira donc en pince au lieu d'impacter sur ses talons. Le résultat sera une bioméchanique anormale pour le pied mais aussi pour le membre entier.

Atterrir en pince pendant une longue durée va :

- Déchirer l'attachement entre la chair feuilletée et le sabot (imaginez qu'on pousse le côté d'un velcro vers le bas),

- Endommager  le tendon fléchisseur,

- À plus long terme, endommager l'os naviculaire,

- Un remodelage osseux de la troisième phalange peut même résulter des impacts répétitifs en pince,

- Causer un tension excessive sur les tendons et ligaments du membre inférieur.

J'espère que vous commencez à réaliser les conséquences potentiellement désastreuses d'une affection aussi commune que l'infection de la fourchette.

 

 

Il n'est pas toujours facile de détecter la façon dont le cheval impacte le sol. Voici quelques signes indicateurs :

- Usure excessive en pince (avec évasement latéral et médial),

- Seimes en pince (ouvrant la voie aux infections bactériennes),

- Foulées courtes, raideurs (extension incomplète),

- Réticence à avancer, manque d'impulsion,

- Le cheval trébuche fréquemment.

NB : c'est une autre raison pour laquelle un bon pareur/forgeron regardera toujours le cheval se déplacer avant et après le parage/ferrage.

NB2 : je veux juste insister sur le fait qu'atterrir en pince n'est pas systématiquement causé par la pourriture de la fourchette. Cependant, si votre cheval a les fourchettes pourries et qu'il atterrit en pince, traitez la pourriture. Si le mouvement s'améliore, vous saurez d'où venait le problème. Sinon, consultez votre vétérinaire.

 

Prévention

La raison pour laquelle je mentionne la prévention avant de mentionner le traitement est qu'un

sabot sain évoluant dans un environnement sain ne sera généralement pas atteint par une pourriture de la fourchette. Laisser votre cheval bouger le plus possible (paddock, pré, travail) afin de stimuler le développement du coussinet plantaire, la croissance de la corne et la callisité de la fourchette. Le mouvement sera également bénéfique pour le système musculosquelettique et une bonne bioméchanique.

Assurez-vous que votre cheval reçoivent une alimentation équilibrée, en particulier au niveau des minéraux qui jouent un rôle si important pour la santé du sabot. Un régime adapté sera d'autant plus bénéfique si votre cheval a des problèmes métaboliques.

Enfin, un environnement sec est idéal. Tous les paddocks sont boueux au printemps et à l'automne, mais si vous pouvez garder les abris et râteliers en hauteur/au sec, ce sera déjà une bonne mesure préventive. Pour éviter la prolifération des bactéries, ramasser le fumier aussi souvent que possible. Gardez les boxes propres avec une litière suffisante.

NB : si votre cheval est très raide/boiteux, le forcer à travailler ne fera qu'empirer les problèmes de compensation et ralentira le processus de rétablissement. Si vous ne pouvez pas le rendre confortable (avec des bottes et pads par exemple), laissez-le au repos jusqu'à ce qu'il puisse se déplacer avec aisance. Repos ne signifie pas forcément enfermement au boxe ; si les paddocks sont relaticement secs, votre cheval se rétablira mieux avec des sorties quotidiennes.

 

Traitements locaux

La plupart des traitements commerciaux sont très agressifs. Ils ont tendance à détruire le tissu sain avec le tissu infecté. La fourchette en est fragilisée et plus susceptible de devenir infectée. Oui, c'est un cercle vicieux! 

En fonction de votre emploi du temps, il y a plusieurs options. Faire tremper les pieds dans une solution d'eau et de vinaigre de cidre pendant 20-30 minutes, 3-4 fois par semaine en est une. 

Si vous n'avez pas le temps, il existe des produits comme CleanTrax et White Lightning qui sont à la fois très efficances et n'abîment pas le tissu sain. J'ai utilisé White Lightning de nombreuses fois et je suis troujours impressionnée par les résultats. En une application, le pied change de couleur et est asséché. Si la pourriture est vraiment sérieuse, il est possible que vous ayez besoin de faire plusieurs traitements. 

Une autre option : un mélange (50/50) de crème pour le pied d'athlète avec un onguent triple antibiotique (avec analgésique) que vous appliquerez dans les lacunes à l'aide d'une seringue (sans aiguille!). Ce mélange peut être utilisé tous les jours jusqu'à ce que la pourriture disparaisse. Sa texture le rend résistant à l'eau ; vous protégez donc la fourchette en même temps. J'ai également entendant que les traitements pour la mammite fonctionnaient très bien.

Si votre cheval a très mal, des bottes et pads le garderont confortable quand il se déplace. mettez des couches pour bébé dans les bottes pour garder les pieds au sec. 

 

 

Le coussinet plantaire : un cercle vertueux ?

Le coussinet plantaire est une des structures porteuses majeures du sabot. Il est à l'origine constitué de tissus myxoïde et fibreux. Grâce à la stimulation générée par la locomotion, il va s'adapter en devenant fibrocartilagineux, un tissu à la fois résistant et souple. Un coussinet plantaire bien développé protège et soutient l'arrière du pied/la zone naviculaire, permettant une bonne locomotion et une santé durable. À

 

l'inverse, un coussinet plantaire sous-développé car non stimulé (manque de mouvement et/ou impact en pince) affaiblira l'arrière du pied et augementera le risque de blessure et de boiterie. 

Vous comprenez l'impact qu'une fourchette douloureuse peut avoir sur la santé du coussinet plantaire, et plus généralement sur la santé des pieds.

 

Comme d'habitude, il faut appréhender le problème dans son ensemble. La pourriture affecte la fourchette mais aura des conséquences sur la biomécanique du sabot, la santé des muscles, ligaments et tendons, sur la performance et à long terme la santé et le bien-être de votre cheval.

 

J'espère que cet article vous a intéressé et que vous regarderez désormais une fourchette pourrie différemment. Merci pour votre visite!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter